Que faire lorsque l’on achète un véhicule d’occasion?

Le marché de l’occasion automobile a toujours été très dynamique et plus particulièrement en temps de crise. Parmi les ventes ainsi réalisées, celles opérées entre particuliers représentent aussi un nombre non négligeable. L’achat d’un véhicule de seconde main auprès d’un particulier est évidemment plus risqué et il y a un certain nombre de précautions à prendre afin que tout se passe bien. Voici les points sur lesquels il conviendra d’être particulièrement vigilent.

L’achat d’un véhicule d’occasion auprès d’un professionnel

C’est évidemment la solution la plus simple et qui met l’acheteur en confiance mais ne doit pas pour autant le dispenser de certaines vérifications. Si vous achetez un véhicule d’occasion d’une certaine marque auprès de l’un des concessionnaires de celle-ci, il devra en principe vous accorder une garantie qui est souvent d’une année minimum.

Le contrôle technique doit aussi être réalisé et fourni car le professionnel n’en est pas dispensé pour les véhicules ayant plus de deux années.

Concernant la carte grise, la plupart des professionnels se chargeront d’effectuer le changement de titulaire mais si tel n’est pas le cas, vous constaterez qu’il est vraiment très facile de faire sa carte grise en ligne à partir d’un site partenaire de la Préfecture ou directement depuis le site de l’ANTS (Agence Nationale des Titres Sécurisés).  Il vous suffira de fournir les documents demandés et de remplir le formulaire Cerfa approprié, également disponible en ligne, et la carte grise vous sera adressée directement à votre domicile.

Entre temps, un document provisoire valable un mois sera immédiatement téléchargeable et permettra de circuler sans problème en pouvant être présenté en cas de contrôle.

L’achat d’un véhicule d’occasion auprès d’un particulier

Cette opération est plus délicate car il faut s’assurer que le véhicule ne présente pas de vice caché. Même si, fort heureusement, ce type de situation est rare, il arrive qu’un véhicule ait été gravement accidenté sans pour autant que le vendeur ne le mentionne lors de la vente. Si cela n’a affecté que la carrosserie, l’incidence ne sera pas dramatique mais si des parties plus essentielles ont été endommagées, il conviendra alors soit de ne pas acheter soit de ne faire annuler a posteriori la vente.

Pour cette raison, il est donc recommandé avant de procéder à l’achat, de faire inspecter un véhicule d’occasion par un garage connaissant bien la marque afin de s’assurer que tout est conforme et que des pièces importantes n’ont pas été remplacées sans le dire.

Le kilométrage doit aussi pouvoir être vérifié car il s’agit de l’une des fraudes les plus classiques. Pour cela, des indices comme l’absence du livret d’entretien complété doit attirer l’attention de l’acheteur et l’inviter à se méfier.

Enfin, concernant le changement de carte grise, il suffira d’effectuer la démarche en ligne en joignant le certificat de cession, un certificat de non-gage (prouvant que le vendeur est bien le propriétaire du véhicule et que ce dernier n’a pas été saisi par le Trésor Public par exemple) ainsi que l’ancienne carte grise qui aura été barrée et portera mention de la date et de l’heure de la transaction avec indication du nom de l’acheteur.

Faire apposer la date et l’heure de la transaction peut être très utile lorsque l’on vend soi-même son véhicule et que l’acheteur commet ensuite une infraction au Code de la Route. Il sera alors possible de prouver que lui seul est concerné si l’on reçoit ensuite une amende à régler.

 

Les émotions sont faites pour être partagées.