Pourquoi investir en bourse avec un PEA ?

Le plan d’épargne en actions (PEA) est une spécificité française. Une niche fiscale dont il serait dommage de ne pas profiter. Il s’agit d’un compte-titres permettant de loger des actions, et dont la particularité est de bénéficier d’une fiscalité très avantageuse par rapport au compte-titres ordinaire. En contrepartie, l’investisseur doit garder l’argent au sein du PEA un certain nombre d’année pour bénéficier des avantages fiscaux et ne peut pas investir dans tous les types de produits financiers. Dans cet article, nous faisons le point sur les avantages et les inconvénients du PEA.

Les avantages fiscaux du PEA.

Le principal avantage du plan d’épargne en actions réside dans sa fiscalité. Contrairement au compte-titres ordinaire (CTO), les gains réalisés au sein du PEA ne sont pas taxés au moment de la prise de bénéfice à la vente des actions. En effet, les plus-values sont seulement taxées lors du retrait des capitaux du PEA. Cette propriété confère un grand avantage au PEA car il permet de réinvestir les gains accumulé dans le compte avec un frottement fiscal minimal.

De plus, si vous retirez votre argent après les 5 ans de votre PEA , vous profitez à fond de la niche fiscale car vous ne payez pas d’impôt sur le revenu, seulement les prélèvements sociaux. Donc pour profiter de sa fiscalité avantageuse, l’investisseur ne doit pas réaliser de retrait avant les 5 ans du PEA. Si un retrait est réalisé avant cette date, l’investisseur ne bénéficie pas de la fiscalité réduite et les gains sont imposés au même taux que les revenus du capital. Le prélèvement forfaitaire unique de 30% (flat tax) est alors appliqués. Sauf si l’investisseur est faiblement imposable, dans ce cas, il pourra opter pour le régime de l’impôt sur le revenu.

Ainsi, dès lors que le PEA fête ses 5 ans, il est possible de retirer l’argent du PEA en bénéficiant de la fiscalité avantageuse. Les gains ne sont alors soumis qu’aux prélèvements sociaux à la sortie du capital, soit un taux de 17,2% sur les plus-values et dividendes. Tout retrait avant les 8 ans du contrat entraîne la fermeture du PEA. En revanche, après 8 ans, il est possible de réaliser des retraits partiels sans que cela n’entraîne de fermeture du PEA.

Les contraintes du PEA.

Comme nous l’avons dit précédemment, tout retrait avant les 8 ans du compte entraîne la fermeture du PEA et tout retrait anticipé avant 5 ans empêche de bénéficier de l’avantage fiscal. En conséquence, le PEA oblige à avoir une vision à long terme de ses placements et vaut mieux prendre date tôt. Indépendamment de la contrainte spécifique du PEA, la bourse est de toute façon un placement à long terme, ceci afin de lisser ses investissements sur plusieurs cycles économiques. Cette contrainte sur le temps n’est donc pas un problème pour l’essentiel des investisseurs. Comme pour l’immobilier, on investit en actions à long terme.

La deuxième contrainte porte sur la nature des actions que vous pouvez loger au sein du PEA. Contrairement au compte-titre ordinaire, vous ne pouvez pas tout mettre dans un PEA. Ainsi, il n’est pas possible d’y loger des produits dérivés (options, warrants, turbos). Les seules actions que vous pouvez loger dans un PEA sont les actions de sociétés européennes. Il n’est donc pas possible d’investir dans Apple, Amazon ou encore Netflix via le PEA. Certaines actions européennes sont exclues du PEA, en particulier les foncières (SIIC). Les SIIC sont les sociétés d’investissement immobilier cotées.

Enfin, il est possible de loger certains fonds d’investissements, que ce soit en gestion active ou en gestion passive (tracker, ETF), mais ces fonds doivent respecter certains critères quant à l’allocation de leurs actifs afin d’être éligibles au PEA. Notez qu’il reste possible d’investir sur des trackers World, États-Unis, Japon, émergents… Bref hors Europe, ce qui est exceptionnel en PEA !

Le nombre de plan d’épargne en actions est limité à 1 par personne et le montant des versements est plafonné à 150 000 euros. En revanche, le montant de l’encours n’est pas plafonné. Ainsi, vous pouvez accumuler plusieurs millions d’euros si vous réalisez de grosses plus-values au fil du temps (si vous y logez des parts d’une start-up à grand succès par exemple).

À noter : seuls les résidants fiscaux français peuvent ouvrir un PEA.

Quel est le meilleur PEA ?

Il est possible d’ouvrir un PEA dans votre banque habituelle ou bien de passer par un courtier en ligne spécialisé. Si vous cherchez le meilleur PEA en ligne, pensez avant tout à comparer les frais d’exécution des ordres, c’est la principale dépense au cours de la vie du compte.

Aussi, les bons courtiers ne prennent pas de droits de garde et aucun frais d’inactivité. D’une façon générale, les courtiers en ligne affichent les meilleurs tarifs, tout en offrant un excellent niveau de service. Ils référencent généralement un très grand nombre de produits financiers, sur une interface fonctionnelle et conviviale.

Conclusion.

Malgré quelques contraintes faciles à oublier, le PEA offre une fiscalité particulièrement avantageuse et donne accès à plusieurs milliers de sociétés cotées européennes et aux trackers, et cela dans une multitude de secteur (hors SIIC). Il s’agit donc d’une excellente solution d’investissement pour les investisseurs désireux de diversifier leurs investissements en bourse.

Les émotions sont faites pour être partagées.

Laisser un commentaire