You are currently viewing Les kystes de Tarlov : Ce que vous devez savoir

Les kystes de Tarlov : Ce que vous devez savoir

  • Auteur/autrice de la publication :
  • Post category:Santé

Si vous êtes comme la plupart des gens, vous n’avez probablement jamais entendu parler des kystes de Tarlov jusqu’à présent. Les kystes de Tarlov sont une affection relativement rare qui se forme dans les racines nerveuses de la colonne vertébrale. Ils sont généralement situés dans le sacrum (la partie la plus basse de la colonne vertébrale), mais ils peuvent également se produire dans d’autres zones. La plupart des kystes de Tarlov restent asymptomatiques, mais certains peuvent provoquer de nombreux symptômes qui peuvent être invalidants. Si vous pensez être atteint de kystes de Tarlov, il est important d’obtenir une prise en charge et un traitement approprié. Dans cet article de blog, nous aborderons les kystes de Tarlov de manière plus détaillée et vous fournirons des informations sur ce que vous devez savoir.

Causes des kystes de Tarlov

Les kystes de Tarlov sont des kystes méningés spinaux de type II qui se développent à partir de la racine nerveuse postérieure. Ils sont le plus souvent localisés dans le sacrum, avec une prédominance de cas survenant chez les femmes âgées de 30 à 60 ans. La cause des kystes de Tarlov est inconnue, mais on pense qu’ils sont congénitaux ou idiopathiques. Les symptômes des kystes de Tarlov comprennent des douleurs dorsales, une radiculopathie et des paresthésies. Les options de traitement des kystes de Tarlov comprennent le traitement conservateur et la chirurgie. La chirurgie est généralement réservée aux patients symptomatiques qui ont échoué le traitement conservateur. L’objectif de la chirurgie est de décompresser les racines nerveuses affectées et de drainer le contenu du kyste. Les complications de la chirurgie comprennent l’infection, la récidive et les déficits neurologiques.

Symptômes des kystes de Tarlov

Les kystes de Tarlov sont des sacs remplis de liquide céphalo-rachidien qui se forment le plus souvent autour des racines nerveuses dans la région sacrée de la colonne vertébrale. Bien que la plupart des kystes de Tarlov soient asymptomatiques, certains peuvent provoquer un large éventail de problèmes neurologiques, notamment des douleurs accentuées par la toux, des douleurs dorsales, des douleurs pelviennes, une faiblesse musculaire, des troubles moteurs, une perte de sensibilité et/ou de réflexes, une incapacité à rester assis, un gonflement de la zone des kystes, des paresthésies (sensations ressemblant à des picotements, des fourmillements ou un engourdissement), une sciatique, un syndrome caudo-équin, des maux de tête, des problèmes intestinaux, vésicaux et sexuels. Dans certains cas, la pression exercée par les kystes peut entraîner une compression de la moelle épinière et des dommages neurologiques permanents. Si vous présentez l’un de ces symptômes, il est important de consulter un médecin pour obtenir un diagnostic précis.

D’autres facteurs déclencheurs peuvent transformer des kystes asymptomatiques en kystes symptomatiques

Bien que les kystes de Tarlov soient généralement asymptomatiques, il existe quelques facteurs déclencheurs qui peuvent les rendre symptomatiques. Le fait de porter des charges lourdes ou de subir un traumatisme dans la région peut provoquer une fuite de liquide céphalorachidien dans les kystes, entraînant des douleurs, des picotements et des engourdissements. L’accouchement est un autre déclencheur fréquent, car la pression supplémentaire exercée sur le bas du dos peut provoquer la rupture des kystes. L’anesthésie péridurale pendant l’accouchement peut également entraîner des symptômes, car l’aiguille utilisée pour la péridurale peut perforer un kyste de Tarlov. Enfin, une poussée d’herpès peut également provoquer des kystes de Tarlov symptomatiques, car le virus peut infecter les racines nerveuses situées à proximité du kyste. Bien que ces déclencheurs puissent provoquer des symptômes, ceux-ci disparaissent généralement d’eux-mêmes et ne nécessitent pas de traitement. Toutefois, si les symptômes sont graves ou persistent pendant plus de quelques jours, il est important de consulter un médecin.

Diagnostic des kystes de Tarlov

Les kystes de Tarlov sont généralement de petits sacs à croissance lente qui contiennent du liquide céphalo-rachidien et se trouvent le long de la moelle épinière. Ces types de kystes sont le plus souvent diagnostiqués à l’aide d’une IRM, d’un myélogramme ou d’un myéloscanner, et d’une évaluation électrophysiologique. L’IRM est généralement la meilleure méthode pour diagnostiquer les kystes de Tarlov car elle permet d’obtenir des images détaillées de la moelle épinière et de la zone environnante. Le myélogramme ou le myéloscanner peuvent également être utilisés pour diagnostiquer les kystes de Tarlov. Le myélogramme utilise des rayons X pour prendre des images de la moelle épinière après une injection d’un produit de contraste iodé. L’évaluation électrophysiologique peut être utilisée pour évaluer la fonction des racines nerveuses dans la zone des kystes. Ce type d’évaluation utilise des impulsions électriques pour déterminer le bon fonctionnement des nerfs. Les kystes de Tarlov sont généralement bénins et ne nécessitent pas de traitement, sauf s’ils provoquent des symptômes. Les options de traitement des kystes de Tarlov symptomatiques comprennent les injections de stéroïdes, le drainage du kyste et la chirurgie.

Traitement des kystes de Tarlov

Le traitement des kystes de Tarlov peut être difficile, car il n’existe pas de méthode de traitement reconnue et les kystes peuvent revenir après le traitement. Les options thérapeutiques comprennent : un traitement analgésique pour soulager la douleur, un drainage lombaire du liquide céphalo-rachidien, une aspiration des kystes sous guidage tomodensitométrique (avec un risque notable de résurgence des kystes), une excision partielle ou totale des kystes (opération compliquée par la présence de cellules nerveuses dans la paroi du kyste), une laminectomie décompressive (qui consiste à retirer une petite partie de la vertèbre pour éliminer la compression exercée par le kyste sur les nerfs), et l’injection de colles biologiques sous surveillance. Le traitement doit être adapté à chaque patient en fonction de la gravité des symptômes, des comorbidités et des préférences. Il n’existe pas de traitement curatif des kystes de Tarlov, mais le traitement peut contribuer à améliorer les symptômes et la qualité de vie.