Running : nos conseils pour courir de nuit

Si vous êtes un jogger acharné, les jours peuvent ne pas suffire pour pratiquer votre passion. Vous ressentez parfois le besoin de courir quand tout le monde dort. Voici nos conseils pour prendre un bon shoot de dopamine dans l’obscurité en toute sécurité.

Pourquoi pratiquer le running de nuit ?

Courir de nuit procure des sensations dont vous ne pourrez plus vous passer. L’essayer, c’est l’adopter ! En effet, l’obscurité donne une nouvelle dimension au sentier. D’une part, il y a de grande chance que vous soyez seul à courir à cette heure-là, ce qui est appréciable sur les tracés très fréquentés. D’autre part, l’absence de lumière mettra vos sens en éveil. Vous percevrez des bruits que vous n’entendiez pas la journée. Vous serez également surpris par l’acuité avec laquelle vos yeux s’habituent à la pénombre !

Comment s’y préparer ?

Même si la vision humaine est capable de s’adapter à un faible éclairage, nous ne sommes pas non plus des chats – eux sont nyctalopes. Donc, profitez autant que possible de la lumière de la lune pour vous orienter dans l’obscurité. Plusieurs nuits par mois, il est possible de pratiquer le running de nuit si le ciel est dégagé. Un calendrier lunaire vous permettra de déterminer quel est le moment idéal pour expérimenter cette joie de puriste. De nos jours, de plus en plus de courses à pied se disputent au clair de lune.

Quel équipement prévoir ?

La plupart du temps, il est néanmoins nécessaire de prévoir un éclairage artificiel pour courir de nuit. C’est particulièrement le cas si on s’aventure dans les bois, où les branches peuvent masquer la lune, ou en montagne, pour anticiper les irrégularités du terrain. Il est quand même important de voir où on met les pieds ! Une lampe frontale est idéale pour ce genre de situation. En effet, il existe des modèles adaptés au running. Ces appareils ont l’immense avantage de libérer les mains – on connaît l’importance du haut du corps pour la course à pied.

Quelle lampe frontale choisir ?

Il existe différents modèles de lampes frontales sur le marché. Mais pas besoin d’opter pour un éclairage trop fort. Deux cents lumens seront amplement suffisants pour la plupart des situations que vous rencontrerez. Au-delà, vous risqueriez de vous chargez inutilement. En effet, le poids de ces lampes varie de 30 g à 400 g. C’est plutôt dans la fourchette basse que se situe l’appareil qu’il vous faut. Sachant qu’il existe des lampes polyvalentes qui pèse 80-100 g. C’est sans doute le meilleur compromis poids-puissance. Au-delà, vous risquerez de sentir la frontale peser sur votre front à chaque impulsion. D’ailleurs, les trailers expérimentés optent généralement pour des modèles ayant un bloc batterie séparé de la LED, afin de mieux répartir la charge.

Les émotions sont faites pour être partagées.

Catégories Sport