Ce qu’il faut savoir sur les vaccins obligatoires

Soucieux d’accomplir efficacement sa mission de protection de la santé publique, l’État a instauré un certain nombre de politiques sanitaires. Parmi celles-ci, on retrouve les vaccinations obligatoires pour toute personne vivant sur le territoire national, et ce conformément au calendrier vaccinal. Que faut-il savoir sur ce calendrier vaccinal ? Quels sont les avantages des vaccinations et comment fonctionnent-elles ? Pour les bébés et enfants, quels vaccins sont obligatoires ? Découvrez des réponses à ces multiples interrogations dans cet article.

Calendrier vaccinal : ce qu’il faut savoir

Le calendrier vaccinal désigne le document officiel qui établit les vaccinations applicables aux personnes vivant en France, suivant leur âge. Concrètement, le calendrier vaccinal est une matérialisation de la politique élaborée et mise en œuvre en matière de vaccination par le Ministère de la Santé. Le calendrier vaccinal fait l’objet d’une mise à jour effectuée annuellement par la commission technique des vaccinations (CTV), un organisme rattaché à la Haute Autorité de Santé (HAS).

Avant l’entrée en vigueur de la nouvelle réglementation de 2018, 3 vaccins étaient obligatoires pour les nourrissons. Il s’agissait des vaccinations contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite. Depuis le 1er janvier 2018, la législation entrée en vigueur a rendu obligatoires 8 vaccins supplémentaires pour les enfants ayant moins de 2 ans. Il s’agit de vaccins qui autrefois étaient rangés dans la catégorie des vaccins recommandés. Les 8 vaccins obligatoires pour un bébé conformément au calendrier vaccinal sont les suivants :

  • La vaccination contre la coqueluche ;
  • La vaccination contre les infections invasives à haemophilus influenzae de type b (bactérie à l’origine des pneumopathies et des méningites;;
  • La vaccination contre l’hépatite B ;
  • La vaccination contre les infections à pneumocoques ;
  • Les infections invasives à méningocoques de sérogroupe C ;
  • La vaccination contre la rougeole ;
  • Les oreillons ;
  • La rubéole.

Ainsi, on obtient un total de 11 vaccinations tous aussi obligatoires.

Quand faut-il faire vacciner les bébés ?

Excepté le cas d’une contre-indication médicale reconnue, toutes les vaccinations ci-dessus énumérées doivent être pratiquées dans les 18 premiers mois de l’enfant. Leur réalisation conditionne l’entrée ainsi que le maintien dans toute école, garderie, colonie de vacances ou dans tout autre collectivité d’enfants. La loi prévoit que la preuve de cette réalisation peut être exigée aux fins d’admission ou de maintien en collectivité à partir du 1er janvier 2018.

Cependant, le code de la santé publique pose un assouplissement à cette règle. En effet, lorsqu’une ou plusieurs vaccinations font défaut, l’enfant peut provisoirement être accepté en collectivité. Les vaccinations obligatoires qui manquent suivant l’âge de l’enfant (conformément au calendrier vaccinal) devront néanmoins être effectuées dans les 3 mois qui suivent l’acceptation provisoire en collectivité. Pour le reste, la poursuite des vaccinations devra se réaliser suivant les prescriptions du calendrier vaccinal en vigueur.

Quels sont les vaccins obligatoires en France en 2020 ?

Pour l’année 2020, les vaccins obligatoires sur le territoire national n’ont pas connu de grands changements. Les 11 vaccinations mentionnées plus haut demeurent obligatoires. Néanmoins, le calendrier des vaccinations 2020 comporte quelques nouveautés (recommandations de vaccination) qu’il est intéressant d’évoquer. Parmi ces dernières, on remarque l’extension de la vaccination contre les HPV (infections à papillomavirus humains) aux garçons de 11 à 14 ans révolus avec un rattrapage vaccinal pour ceux dont l’âge varie de 15 à 19 ans révolus. Cette recommandation deviendra applicable à partir du 1er janvier 2021. Comme autre nouveauté, le calendrier vaccinal présente de nouvelles recommandations pour les personnes au statut vaccinal inconnu, incomplet ou incomplètement connu ainsi que chez les migrants primo arrivants.

Vaccins : quels avantages ?

En termes d’avantages, les vaccins s’illustrent par leur incroyable contribution à la sauvegarde de la santé et du bien-être des populations. En effet, du nourrisson à la personne âgée, les vaccins permettent de lutter efficacement contre les pathologies débilitantes, l’incapacité ainsi que les décès. Chaque année, ce sont environ 2 à 3 millions de décès qui sont prévenus grâce aux vaccins. Certaines maladies autrefois extrêmement mortelles ont aujourd’hui disparu ou tendent à disparaitre grâce à l’efficacité des vaccins. Tel est le cas de la diphtérie, de la poliomyélite, du tétanos ou de la rougeole.

Il faut noter que le fonctionnement de ces derniers repose sur un principe simple. En effet, lorsqu’il est intégré à l’organisme humain, le vaccin permet de déclencher une réaction immunitaire contre un antigène ; de ce fait, lorsque le corps est confronté de nouveau à l’antigène, il développe une réponse immunitaire prompte et forte. En d’autres termes, les vaccins permettent au système immunitaire d’une personne vaccinée de maîtriser, puis de détruire les agents pathogènes avant qu’ils puissent déclencher la maladie. Dans tous les cas, les rappels de vaccins doivent être respectés afin de bénéficier de toute l’efficacité de ce moyen de prévention.

Vaccinations : quelle prise en charge par la sécurité sociale ?

La sécurité sociale prend en charge tous les vaccins obligatoires, et ce aussi bien pour les enfants que pour les adultes. Le remboursement se réalise sur prescription à hauteur de 65 % du prix mentionné sur la vignette du vaccin. Le reste des frais pourra être pris en charge par la mutuelle santé. Agent de la fonction publique ? Orientez-vous vers TERRITORIA mutuelle. Cette dernière constitue la référence vers laquelle se diriger pour bénéficier de prestations efficaces et rapides.

Les émotions sont faites pour être partagées.

Laisser un commentaire